Articles - Amahoro.pl

The Carmelite Family
Burundi - Rwanda
Go to content

Fr. Célestin Marie Muhire en l’Italie

Amahoro.pl
Published by Fryderyk Jaworski, ocd in The Reg. Vicariate · 3 July 2015
Tags: CelestinMuhire
Je voudrais présenter en peu de mots ce qu’a été mon voyage pour l’Italie ainsi que le bref historique du couvent dans lequel je me trouve pour l’apprentissage de l’italien.
J’ai commencé mon voyage vers l’Italie le 02 juin à l’aéroport de KANOMBE-KIGALI via Bruxelles entrecoupé par une escale à Nairobi. Arrivé à l’aéroport de Nairobi, le vol est supprimé. Nous avons dû attendre le jour suivant pour reprendre le voyage. Ce qui a fait que j’arrive à Rome le 04 juin. C’est le père Alejandro, le père économe de la communauté de spécialisation qui est venu me chercher à l’aéroport de FIUMICINO. Arrivé à la communauté j’ai été accueilli par le père supérieur GUSTAVO, le père Zacharie IGIRUKWAYO, le père Christian, le père Matthieu KACOU ainsi que le père Innocent HAKIZIMANA qui m’a fait voir la ville de Rome en grosso modo. Le jour suivant, le père Zacharie m’a conduit à la place Saint Pierre de Rome. Après une semaine passée dans la ville éternelle, je me suis dirigé à Gênes où je dois apprendre l’italien. Je me trouve dans le couvent de sainte Anne, le premier couvent des pères carmes en dehors de l’Espagne. Le couvent a été fondé à la fin du XVIème siècle par le Père Nicolas Doria : c’est la première communauté carmélite hors de l’Espagne directement issue de la réforme réalisée quelques années plus tôt par sainte Thérèse d’Avila, abritant aujourd’hui encore, outre les frères, un collège de philosophie et de théologie.
Sur le maître-autel de l’Eglise, une statue en marbre de sainte Anne et de la Vierge enfant (XVIIIème siècle) fait l’admiration des fidèles. Dans la troisième chapelle, une statue en marbre de la « Vierge du Carmel » est l’œuvre de Tommaso Orsolino (1587-1675).
Au fond du chœur, un tableau de Giovanni della Miseria (XVIème siècle), représentant « Sainte Anne assistant aux noces de Marie et de Joseph », orne la paroi de sa beauté profonde.
Pour ceux qui ne connaissent pas l’histoire de la réforme thérésienne voici l’extrait qui peut vous donner un peu l’idée de ce qui est à la base de cette fondation:
«Très vite la Réforme thérésienne connait de grands succès. Face aux conflits entre Carmes chaussés et Carmes déchaux, le pape Grégoire XIII répond en faveur des déchaux (soutenus par le roi Philippe II d’Espagne par le bref du 22 juin 1580 qui rassemble tous les couvents de Carmes déchaux dans une nouvelle province directement rattachée au général de l’Ordre du Carmel. Lors du premier chapitre des déchaux, en mars 1581, le père Jérôme Gratien est élu provincial des déchaux.
Malgré le refus du Général des Carmes déchaussés en Espagne qui ne souhaitaient pas voir la Réforme s’étendre en dehors de l’Espagne, le pape Clément VIII autorise l’établissement de la Réforme non seulement en Italie. En 1584, le premier monastère des Carmes déchaussés est fondé (sous l’invocation de sainte Anne) dans une chapelle située aux portes de l’ancienne ville de Gênes. En 1597, à Rome, le pape met l’Église Notre-Dame de la Scala à la disposition des Carmes déchaussés pour fonder le couvent de la Scala. En 1590, le monastère de Carmélites déchaussées de Gênes est également fondé: c’est la première fondation de Carmélites déchaussées en dehors de l’Espagne. Par le motu proprio du 20 mars 1597 Clément VIII sépare les Carmes déchaux d’Italie de ceux d’Espagne. L’Ordre des déchaux est alors divisé en deux congrégations autonomes: celle de Saint-Joseph (pour l’Espagne, le Portugal et le Mexique) et celle de Saint-Élie (pour l’Italie et les autres régions d’Europe et du monde).»



Vote: 0.0/5
This is the official website of the Regional Vicariate of the Discalced Carmelites in Burundi and Rwanda.
Copyright 2013 Amahoro.pl. All rights reserved. Website project: Fr. Fryderyk Jaworski, ocd

Back to content