Articles - Amahoro.pl

The Carmelite Family
Burundi - Rwanda
Go to content

Le Jubilé d'argent de Sacerdoce du p. Zacharie Igirukwayo, ocd

Amahoro.pl
Chères frères et soeurs,

Le 29.06.1995, j’étais ordonné prêtre à Cracovie en Pologne des mains du Cardinal Franciszek MACHARSKI (1927-2016) alors archevêque métropolitain, successeur du Pape Jean-Paul II à la guide pastorale de l’Archidiocèse de Cracovie. C’est donc 25 ans qui se sont écoulés depuis lors, et le 29 juin 2020 a été un jour de la solennité liturgique des saints Pierre et Paul à Gitega au Couvent Marie Reine du Carmel de Gitega (Mushasha - Ruvyagira) comme partout ailleurs, mais une fête spéciale parce que, en plus de la fête patronale du supérieur de la Communauté, père Pawel PORWIT, le frère Antoine Marie Zacharie IGIRUKWAYO célébrait un mémorial du jour où il reçut la grâce de l’ordination presbytérale.
C’est cette formulation qu’il a mise en relief lors de son homélie, en soulignant que ce n’était pas pour lui un simple souvenir, mais une occasion de se replonger dans cette grâce qui le constituait prêtre du Christ dont le corps visible était habité par la plénitude de la divinité (cf. Col 2, 9). Et c’est au service de ce corps en toute sa densité actuelle (Corps glorifié, Eucharistie, Église, toute l’humanité) qu’il a été constitué sacramentalement serviteur ; un service dont il souhaiterait conserver la fraîcheur et l’enthousiasme, soutenu par le Seigneur et la prière de tous ceux qui lui ont été confiés. Et maintenant il estime qu’il leur doit ce partage.
En peu de mots, les confrères de la Communauté de Gitega ont tout fait pour rendre les célébrations de ce jubilé très denses, agréables et profondes de signification. Je leur en sais fort gré. Tout a commencé il y a onze jours, le 20 juin 2020. La veille au soir, au terme d’une retraite que je prêchais aux futurs diacres et prêtres du Grand Séminaire saint Jean- Paul II de Gitega, le supérieur de Communauté m’a demandé si j’étais disponible. pour présider la célébration eucharistique du lendemain à 11h30. Nous avions un 2 groupe de jeunes en session de formation au leadership chrétien dans la maison, et je célèbre volontiers la messe avec eux. Je ne me doutais donc en rien que mes confrères avaient organisé avec deux groupes de jeunes qui fréquentent habituellement notre Communauté, d’ouvrir ainsi une série de célébrations, juste au terme de cette retraite sur le service diaconal et sacerdotal.
Quelle heureuse surprise que fût cette célébration anticipée du jubilé ! L’un des deux groupes dont je parle est constitué de jeunes très engagés depuis une année et huit mois, à éduquer leurs voix pour animer la communauté chrétienne à 3 travers l’expression de la foi et de la prière dans le chant liturgique. Ils forment la chorale sainte Élisabeth de la Trinité, surgie auprès de notre couvent et s’exerçant au chant en celui-ci. Ils se sentent donc chez eux au couvent Marie Reine du Carmel des frères carmes de Ruvyagira (Gitega). Le deuxième groupe est constitué de jeunes pour la grande partie étudiant dans les universités de Bujumbura et de Gitega, qui fréquentent habituellement le Centre spirituel pour des périodes de formation au leadership chrétien. Les deux groupes se sont concertés pour organiser cette célébration au cours et à l’extérieur de la messe, à la hauteur de leurs potentialités cachées.
Ces jeunes nous ont fait vivre une expérience d’équilibre entre la beauté artistique et chorégraphique à travers laquelle se sont exprimées la dimension spirituelle et la densité culturelle auxquelles s’est associée la dimension récréative. En les regardant et en réfléchissant sur ce qu’ils ont manifesté ensemble en ce jour-là, je me dis : « En dépit des conditions sociales et économiques qui semblent décourager les jeunes face à un futur incertain où le travail rémunérateur n’est pas assuré, les jeunes burundais recèlent de grandes potentialités ». Nous pouvons faire bien peu pour leur tracer une perspective qui les remplisse d’espérance, mais le fait de les laisser manifester généreusement ce potentiel est un appel lancé à notre engagement à promouvoir en eux la confiance en soi et une vision autonome du futur qu’ils pourront construire eux-mêmes ; ce qui va généreux en eux un optimisme irrésistible. D’ailleurs les sessions de formation au leadership chrétien sont nées dans cette optique. Et les jeunes, 22 pour le moment, y répondent très 4 généreusement. Ils vont jusqu’à nous épauler dans certains engagements de caractère social dont l’attention aux batwa répartis dans dix villages, où se déploie l’apostolat de notre Communauté de Bujumbura, confié au père Matthias en confinement aux États-Unis depuis le mois de mars 2020, ainsi que la participation à la sensibilisation à la culture hygiénique du lavage des mains et aux autres mesures de prévention contre le Covid19. 5 6 Une semaine plus tard, la matinée du samedi 27 juin, j’ai offert la messe d’action de grâces rendue au Seigneur, ensemble avec les fidèles qui fréquentent habituellement notre église de la Communauté de Gitega. Ça a été un moment fort de méditation sur la dimension communautaire de la vocation sacerdotale, germée dans la famille naturelle, grandie dans les différents milieux où j’ai toujours rencontré des témoins du don de soi ; milieux d’appel à la mission sacerdotale et visages concrets qui me soutiennent, de manière que je puis dire que le Seigneur m’a toujours offert la grâce d’une famille sans frontières de déploiement de la vocation sacerdotale. Dans ce sens, il va de soi que mon jubilé soit partagé avec toutes les personnes présentes physiquement ou spirituellement sur les chemins de la vie où le Seigneur me place.
Et devant moi en ces jours est ouverte une page de formation permanente de 7 caractère liturgique avec saint Cyrille d’Alexandrie le 27 juin, saint Irénée de Lyon le 28, et les saints Pierre et Paul le 29; en fait tout est vécu dans une compagnie qui me montre des niveaux élevés d’amour au Christ et dans la beauté du service qu’il nous confie dans la mission sacerdotale qui n’est autre que d’être témoins du Christ en qui habite corporellement la plénitude de la divinité (cf. Col 2, 9). Le dimanche 28 juin, nous avons vécu un autre moment fort avec l’eucharistie dominicale offerte avec les fidèles qui fréquentent la chapelle des carmélites cloîtrées nos voisines. Celles-ci sont venues pour nous saluer à la sacristie après la messe et m’ont chaleureusement exprimé leurs voeux. Comme ce sont des moniales de clôture et donc ne pouvant pas rester plus longuement ni en dehors de la clôture à nos côtés, elles nous ont offert des cadeaux en nature pour notre restauration festive successive avec les invités. À l’agapè festive ont participé certaines représentations : les Sœurs de sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, premier Institut religieux autochtone commencé en 1931; les Carmélites de l’Enfant Jésus dont l’Institut a été agrégé à notre Ordre en 1936 ; les Sœurs de sainte Bernadette de Soubirous ; une représentante des parents des jeunes qui nous sont proches dans les formes variées d’apostolat exercées à partir de notre Communauté de Gitega.
Dans l’après-midi nous ont rejoints aussi une représentation des chorales et une autre des familles qui nous sont proches. Tout cela dans un décor artistique bien monté par trois parmi les jeunes qui nous sont proches, ensemble avec nos postulants. C’était un grand moment de climat familial de célébration détendue et de partage fraternel. 8 Finalement est advenue la date attendue du 29.06.2020, un jour dense de signification parce que c’était le jour qui, tel un mémorial, me remit dans la grâce sacerdotale reçue avec la fraîcheur toujours renouvelée, en ce 29.06.1995 à Cracovie. Et c’est bien de vivre ce moment dans la famille spirituelle que le Seigneur m’a donnée et qui est formée par les frères, représentés physiquement par ceux qui sont arrivés en provenance des trois communautés du Burundi : Gitega (ma communauté dont le supérieur, le père Paweł qui célébrait la fête patronale), Musongati et Bujumbura. Les communautés du Rwanda n’ont pas pu être physiquement représentées à cause des 9 mesures contraignantes de prévention contre le Covid19. Toutefois, ils nous ont fait parvenir leur expression de proximité spirituelle, à laquelle se sont unies tant de voix provenues de différentes parties du monde.
Je saisis l’occasion pour remercier chacun et vous inviter à m’accompagner dans une action de grâce durable. Je vous prie de continuer à me soutenir pour qu’en moi demeure vive la disponibilité à être toujours formé et enseigné par la vie, à puiser toujours dans la liturgie un sens profond et intense de ma mission, à le traduire dans un réseau de relations, vu que le Seigneur m’appelle du milieu de mes frères humains pour vivre avec les frères carmes et être appelé vers tous les frères dans la fraternité sans fins enracinés dans le même Père Céleste qui nous crée tous par amour, dans un mémorial toujours vivant de la grâce du sacerdoce. Après la messe nous avons continué avec l’agapè fraternel embelli par l’animation de nos postulants, dont je mentionne seulement en guise d’exemple, la profondeur de la poésie rwandaise composée et déclamée par l’un d’entre eux, dans une compréhension très profonde de la manière dont il me voit par rapport à mon nom.
On ne pouvait pas mieux conclure. 10 Avec cela nous avons clôturé ces journées de célébration d’un jubilé inoubliable pour laquelle je vous remercie de tout cœur. Bien que la majorité d’entre vous demeureront éloignés physiquement, même à distance, je suis sûr que vous êtes toujours présents à mes côtés en m’accompagnant avec votre prière et votre oblation quotidienne. Que le Seigneur vous récompense au centuple pour votre engagement à me soutenir toujours afin que le sacerdoce du Seigneur, étendu jusqu’à moi, puisse se prolonger de mille manières dans la vie quotidienne parmi les frères et pour tout le peuple du Seigneur.
Antoine Marie Zacharie IGIRUKWAYO, ocd




Vote: 5.0/5
This is the official website of the Regional Vicariate of the Discalced Carmelites in Burundi and Rwanda.
Copyright 2013 Amahoro.pl. All rights reserved. Website project: Fr. Fryderyk Jaworski, ocd

Back to content